Croire aux Anges : un des piliers de la foi

croire aux anges

Il est indispensable de croire aux Anges, car il s’agit de l’un des piliers de la foi en Islam. Leur mention est faite dans de nombreux passages issus du Coran et de la Sunna.

Cet article est tiré de notre livre : 100 Trésors de l’Islam

Les Anges dans le Coran

« […] des serviteurs honorés. Ils ne devancent pas Son commandement et agissent selon Son ordre. » (Sourate Al-Anbiya, versets 26-27)

« Ils ne se considèrent point trop grands pour L’adorer et ne s’en lassent pas. Ils exaltent Sa gloire nuit et jour et ne s’interrompent pas. » (Sourate Al-Anbiya, versets 19-20)

« Nous avons effectivement créé l’homme et Nous savons ce que son âme lui suggère et Nous sommes plus près de lui que sa veine jugulaire. Quand les deux qui recueillent, assis à droite et à gauche, recueillent. Il ne prononce pas une parole sans avoir auprès de lui un observateur prêt à l’inscrire. »
(Sourate Qâf, versets 16-18)

croire ange

« Mentionne, dans le Livre [le Coran], Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l’Orient. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit [Gabriel], qui se présenta à elle sous la forme d’un homme parfait. Elle dit : « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m’approche point]. » Il dit : « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur. » Elle dit : « Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et je ne suis pas prostituée ? » Il dit : « Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée. » Elle devint donc enceinte [de l’enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné. Puis les douleurs de l’enfantement l’amenèrent au tronc du palmier, et elle dit : « Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse totalement oubliée ! » Alors, il l’appela d’au-dessous d’elle, [lui disant :] « Ne t’afflige pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source. Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse ! Si tu vois quelqu’un d’entre les humains, dis [lui :] « Assurément, j’ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd’hui à aucun être humain. » »
(Sourate Al-Nahl, versets 16-26)

Les Anges dans la Sunna

Le Messager d’Allah (paix sur lui) a dit : « Les anges ont été créés de la lumière, les djinns du feu sans fumée et Adam de ce qui vous a été décrit. » (Rapporté par Muslim)

Le Messager d’Allah (paix sur lui) a dit à propos de l’ange Gabriel : « Je l’ai vu descendre des cieux en recouvrant l’espace entre le Ciel et la Terre, du fait de l’importance de sa taille. » (Rapporté par Muslim)

‘Aicha – qu’Allah l’agrée – rapporte : « La Révélation se présenta d’abord au Prophète (paix sur lui) sous forme de visions pieuses qu’il voyait pendant son sommeil. Toutes lui parurent avec une très vive clarté. Puis, il eut de l’inclination à la retraite. Il se retirait alors dans la caverne de Hirâ’, où il se livrait à la pratique d’actes d’adoration durant des nuits consécutives, avant qu’il ne rentre chez lui pour se munir de provisions. Il revenait ensuite vers Khadîja et prenait les provisions nécessaires pour une nouvelle retraite. Cela dura jusqu’à ce que la Vérité lui fût enfin révélée dans la caverne de Hirâ’. L’ange Gabriel y vint alors lui dire : « Lis ! » – « Je ne suis point de ceux qui lisent », répondit-il. Le Prophète raconta cet événement en ces termes : « L’archange me saisit aussitôt, me pressa contre lui au point de me faire perdre toute force, puis me lâcha enfin en répétant : « Lis ! » – « Je ne suis point de ceux qui lisent », répliquai-je encore. Cette scène se répéta à deux autres reprises. À la troisième fois, l’archange me dit : « Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l’homme d’une adhérence. Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble, qui a enseigné par la plume (le calame), a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas. » » (Rapporté par Muslim)

‘Omar Ibn Al-Khattâb – qu’Allah l’agrée – rapporte : « Pendant que nous étions un jour assis chez le Prophète (paix sur lui), une certaine personne portant des habits blancs apparut soudain. Il avait des cheveux très noirs. Aucune trace d’un long voyage n’apparaissait sur lui et aucun parmi nous ne le connaissait.

Il s’avança et s’assit près du Prophète (paix sur lui). Il appuya ses genoux contre les siens, posa les paumes de ses deux mains sur ses deux cuisses et dit : « Ô Muhammad, informe-moi sur l’Islam. »

« L’Islam, dit le Prophète (paix sur lui), c’est que tu témoignes que nulle divinité mérite d’être adorée en dehors d’Allah et que Muhammad est l’Envoyé d’Allah, que tu accomplisses la prière, que tu donnes l’aumône [Zakât], que tu jeûnes le mois de Ramadan et que tu fasses le pèlerinage de la Maison si tu en as la possibilité. »

L’étranger répondit : « Tu as dit la vérité. »

Nous nous sommes alors étonnés de cette situation : « Il le questionne, puis il l’approuve. »

L’étranger reprit : « Informe-moi sur la foi. » « La foi, dit-Il (paix sur lui), c’est que tu croies en Allah, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Envoyés, au Jour Dernier, et que tu croies au Décret, qu’il s’agisse de son bien ou de son mal. »

L’étranger répondit : « Tu as dit la vérité », puis demanda « Informe-moi sur l’excellence. »

Le Prophète (paix sur lui) répondit : « C’est que tu adores Dieu comme si tu Le voyais. Et si tu ne Le vois pas, Lui te voit. »

L’étranger continua : « Informe-moi sur l’Heure (de la Résurrection). »

« Celui qui est interrogé n’en sait pas plus sur elle que celui qui l’interroge », lui répondit le Prophète (paix sur lui).

« Informe-moi sur ses signes précurseurs. »

« Quand la femme donnera naissance à sa propre maîtresse, et quand tu verras les va-nu-pieds et les gueux, gardiens de bêtes, rivaliser dans l’élévation des constructions. » Puis l’homme s’en alla.

Je restais un certain temps sans rien demander sur cette affaire, puis l’Envoyé d’Allah (paix sur lui) me dit : « Sais-tu qui est venu m’interroger ? »  

« Allah et Son Envoyé savent mieux », lui dis-je.

« C’est l’ange Gabriel. Il est venu vous apprendre votre religion. » (Rapporté par Muslim)

Source : 100 Trésors de l’Islam – Éditions MuslimLife

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.