Demander à Allah ou demander au créatures ?

demander à Allah et demander aux créatures

Quelle est la différence entre demander à Allah et demander aux créatures. Essayons d’en savoir plus à travers cet article.

Cet article est tiré de notre livre : Tafsir Sourate Al-Fatiha – L’Exégèse de la Sourate « L’Ouverture »

Le Prophète (paix sur lui) a dit :

« Préserve Allah et Il te préservera. Préserve Allah et tu Le trouveras devant toi. Si tu demandes, alors demande à Allah, si tu cherches secours, alors cherche secours auprès d’Allah… »[1]

Ce hadith exprime la même signification que le verset dont nous parlons et il montre clairement qu’Allah, Le Tout-Puissant, Le Très-Haut, est Celui à qui l’on doit demander et Celui auprès de qui l’aide doit être recherchée.

Concernant le fait de demander en général, Allah dit :

« Demandez à Allah de Son butin »[2]

D’après Ibn Mas’ud, le Prophète (paix sur lui) a dit :

« Demandez à Allah de Son butin, car Allah aime qu’on Lui demande. »[3]

D’après Abu Hurayrah, le Prophète (paix sur lui) a dit :

« Allah est en colère contre celui qui ne Lui demande pas. »[4]

Et dans un autre hadith :

« Chacun d’entre vous doit demander à son Seigneur de subvenir à ses besoins, même en ce qui concerne son lacet qui se casse. »[5]

Il existe de nombreux ahadiths qui interdisent de demander aux créatures. En effet, le Prophète (paix sur lui) prit l’engagement de la part d’un groupe de ses Compagnons qu’ils ne demanderaient jamais rien aux gens. Parmi eux se trouvaient Abu Bakr, Abu Dharr et Thawban.[6]

Sache que demander à Allah et non pas aux créatures est ce qui est nécessaire. Cela, car demander implique une forme de rabaissement et de soumission devant celui auquel on demande ainsi qu’une forme de dépendance à lui.

De même, cet acte possède un sens implicite qui est la reconnaissance que celui à qui l’on demande possède la capacité de retirer le mal, attribuer l’objet désiré et apporter un bienfait.

Il n’est pas permis de montrer un rabaissement, une soumission et un besoin sauf auprès d’Allah seul, car ces éléments illustrent la réalité de l’adoration.

Ahmad avait pour habitude d’invoquer : « Ô Allah ! De la même façon que Tu as empêché mon visage de se prosterner devant un autre que Toi, empêche-le de demander à un autre que Toi. ».

Nul n’est capable de retirer un mal ou d’attribuer un bien si ce n’est Lui :

« Et si Allah fait qu’un mal te touche, nul ne peut l’écarter en dehors de Lui. Et s’Il te veut un bien, nul ne peut repousser Sa grâce. »[7]

Allah aime qu’on lui demande, qu’on espère et désire en Lui en temps de besoin, qu’on l’invoque souvent et de manière résolue.

Il est capable de répondre à l’ensemble des requêtes de l’humanité tout entière sans que son royaume ne diminue de la plus petite façon que ce soit.

Demander à Allah et demander aux créatures

Les créatures représentent l’exact opposé. Elles n’aiment pas qu’on leur demande à cause de leur propre impuissance, leur besoin et leur pauvreté. C’est pourquoi Wahb ibn Munabbih disait à ceux qui fréquentaient le gouverneur : « Malheur à vous ! Vous accourrez auprès de celui qui vous fermera la porte au nez, vous montrera sa pauvreté et vous cachera ses richesses alors que vous laissez Celui qui ouvre Sa porte à vous au milieu de la nuit et au milieu du jour, qui déploie Ses richesses et proclame « Invoquez Moi et Je vous répondrais ». ».

Tawus a dit à ‘Ata : « Prends garde de demander à celui qui te fermera la porte au nez au lieu d’aller vers Celui dont la porte est ouverte jusqu’au Jour du Jugement, Celui qui t’a commandé de Lui demander et qui t’a promis qu’Il répondrait. ».

Le fait de demander à Allah seul s’explique par le fait que l’homme est incapable de s’apporter un bienfait ou de repousser un mal. Donc, personne ne peut l’aider à s’attirer des bienfaits dans sa religion ou dans sa vie d’ici-bas si ce n’est Allah, Le Puissant, Le Majestueux.

Le serviteur est dans le besoin perpétuel de l’aide d’Allah dans l’accomplissement des obligations, le délaissement des interdits et dans le fait d’endurer avec patience les vicissitudes du décret dans cette vie et après la mort.

Le Prophète (paix sur lui) a dit :

« …Recherche ce qui t’est profitable, demande l’aide d’Allah et ne te décourage pas. »[8]

Al-Hassan écrivit à ‘Umar ibn ‘Abd Al-‘Aziz : « Ne recherche l’aide de personne en dehors d’Allah ou Allah t’abandonnera à cette personne. »

L’un des Pieux Prédécesseurs disait : « Mon Seigneur ! Je suis stupéfait par celui qui sait que Tu peux placer son espoir chez un autre et qui demande l’aide d’un autre. ».[9]

Note de l’équipe de traduction :

Il convient de savoir qu’il n’est pas interdit de demander aux créatures une chose qu’elles sont capables d’accomplir, mais seulement lorsqu’on n’a pas le choix. La pleine confiance doit cependant toujours être mise en Allah, exalté soit-Il et il convient de croire que celui qui aide ou à qui l’on demande n’est qu’un moyen et non pas une fin. Voir les travaux d’Ibn Taymiyyah.

Néanmoins, il faut également savoir que, même si on ne nous l’a pas demandé, il est recommandé au musulman d’aider son frère dans les situations qui concernent sa vie religieuse ou sa vie d’ici-bas dans ce qui est permis.

D’après Abu Hurayrah, le Messager d’Allah (paix sur lui) a dit : « Celui qui soulage un croyant d’un souci parmi les soucis de l’ici-bas, Allah le soulage d’un souci parmi les soucis du jour du jugement. Celui qui accorde une facilité à son débiteur (celui qui a une dette envers lui), Allah lui facilite dans l’ici-bas et dans l’au-delà. Celui qui couvre un croyant (en cachant son péché), Allah le couvre dans l’ici-bas et dans l’au-delà. Allah aide le serviteur tant que le serviteur aide son frère. ».[10]

Source : Tafsir Sourate Al-Fatiha – L’Exégèse de la Sourate « L’Ouverture »


[1] Rapporté par Al-Tirmidhi. Authentifié par Al-Albani

[2] Sourate Les Femmes, verset 32

[3] Rapporté par Al-Tirmidhi. Jugé faible par Al-Albani.

[4] Rapporté par Al-Tirmidhi & Ahmad. Jugé authentique par Al-Albani

[5] Rapporté par Al-Tirmidhi qui a dit qu’il était gharib. Jugé faible par Al-Albani.

[6] Rapporté par Muslim

[7] Sourate Yunus, verset 107

[8] Rapporté par Muslim

[9] Ibn Rajab, Jami’ Al-‘Ulum wa Al-Hikam

[10] Rapporté par Muslim

Source : Tafsir Sourate Al-Fatiha – L’Exégèse de la Sourate « L’Ouverture »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.