La douceur envers les enfants en Islam

douceur envers les enfants

Quand il s’agit d’éduquer nos enfants, l’Islam encourage à avoir un comportement exemplaire et à faire preuve de patience avec eux, sans être dur ni sévère. En usant de douceur avec l’enfant et en lui apportant l’affection nécessaire, il ne pourra qu’être doux et bienveillant à son tour.

Si cet article vous plaît, n’hésitez pas à découvrir notre livre : 100 Trésors de l’Islam

L’exemple du Prophète (paix sur lui)

Dans un hadith authentique, il est rapporté qu’un bédouin vint vers le Prophète (paix sur lui) et lui dit : « Vous embrassez les enfants ! Nous, nous ne le faisons pas. » Le Prophète (paix sur lui) répondit : « Que puis-je pour toi si Allah a enlevé la miséricorde de ton coeur ? » (Al-Boukhari).

Complimenter l’enfant et reconnaître ses bonnes actions font également partie de la douceur envers eux. Il convient aussi leur inculquer de bonnes habitudes (alimentaire, vestimentaire, hygiène…) dès le plus jeune âge.

Il va de soi que tous ces principes s’appliquent de manière équitable à tous les enfants du foyer. Aucune différence ne doit être faite entre eux que ce soit dans l’affection, l’amour, le matériel, l’éducation et la protection.

Le Prophète (paix sur lui) a dit : « Craignez Allah et soyez équitables envers vos enfants. » (Al-Boukhari et Mouslim).

douceur enfant

Faut-il faire preuve de fermeté ?

Les parents ne doivent pas utiliser la violence pour se faire obéir, car cela ne fera que durcir le caractère de l’enfant une fois adulte.

Si l’enfant n’obéit pas, il est recommandé aux parents de montrer leur insatisfaction en haussant le ton et en ne lui parlant pas durant un moment afin que l’enfant prenne conscience de son erreur.

Une fois plus âgé, son éducation évolue. S’il s’obstine à désobéir, les parents doivent se détourner de lui, d’autant plus s’il abandonne sa religion et tombe dans la mécréance et ceci jusqu’à ce qu’il se repente.

« Et Noûh invoqua son Seigneur et dit : « Ô mon Seigneur, certes mon fils est de ma famille et Ta promesse est vérité. Tu es le plus juste des juges. » Il dit : « Ô Noûh, il n’est pas de ta famille, car il a commis un acte infâme. Ne me demande pas ce dont tu n’as aucune connaissance. Je t’exhorte afin que tu ne sois pas du nombre des ignorants. » (Sourate Hoûd, versets 45-46).

Si toutefois les parents sont négligents dans le devoir d’éducation en faveur de l’enfant, ce dernier devra leur être enlevé afin d’être mit sous une autorité plus compétente.

Shaykh Al Islam Ibn Taymiyyaa a dit : « si l’un des parents abandonne l’éducation de l’enfant et ce qu’Allah lui a commandé de faire, il est alors désobéissant et ne doit avoir aucune autorité sur lui.(…) Soit son autorité est levée et remplacée par celle de quelqu’un d’autre qui accomplira ce devoir. (Zâad Al Maâd (5/475) d’Ibn Qayyim).

Si cet article vous plaît, n’hésitez pas à découvrir notre livre : 100 Trésors de l’Islam

Source : L’éducation des enfants – Shaykh Ferkous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.