Les règles de la basmala

Les règles de la basmala

Les savants sont d’accord sur le fait que la basmala fait partie du verset de la Sourate Les Fourmis dans laquelle Allah dit :

« Elle dit : « Ô notables ! Une noble lettre m’a été lancée. Elle vient de Salomon ; et c’est : « Au nom d’Allah, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux. » » (Sourate Les Fourmis, versets 29-30)

Cet article est tiré de notre livre : Tafsir Sourate Al-Fatiha – L’Exégèse de la Sourate « L’Ouverture »

Cependant les savants ont divergé quant à savoir si la basmala représente un verset du Coran lorsqu’elle on la trouve au début de chaque sourate. Ils se divisent en 4 avis :

  • Il s’agit d’un verset de chaque sourate, sauf la sourate Le Repentir.

C’est là l’opinion de ‘Abdullah ibn ‘Abbas, ibn ‘Umar, ibn Zubair, Abu Hurayrah, ‘Ata, Tawus, Sa’id ibn Jubair, Makhul, Al-Zuhri, ‘Abdullah ibn Mubarak, Al-Shafi’i, Ahmad (dans l’une de ses narrations), Ishaq ibn Rahawayyah et Abu ‘Ubayd al-Qassim ibn Sallam.

  • Ce n’est le verset d’aucune sourate du Coran et elle est placée au début de chaque sourate simplement afin de les distinguer les unes des autres.

C’est l’avis de Malik, Abu Hanifa et leurs compagnons.

Ibn ‘Abbas rapporte : « Le Messager d’Allah (paix sur lui) ne connaissait pas le début et la fin des sourates jusqu’à ce que « Au Nom d’Allah, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux » soit révélé. ». (Rapporté par Abu Dawud. Authentifié par Al-Albani.)

  • Il s’agit d’un verset de la sourate Al-Fatiha et d’aucune autre sourate ou alors une partie du premier verset de chaque sourate.

C’est un autre avis rapporté d’Al-Shafi’i, mais il est gharib (étrange).

  • C’est un verset indépendant qui débute chaque sourate, mais qui ne fait pas partie de la sourate.

C’est l’avis de Dawud et Ahmad (tiré de la seconde narration qui remonte à lui). Abu Bakr Al-Razi le rapporte aussi de Abu Al-Hassan Al-Karkhi et ces deux sont parmi les plus grands savants Hanafites.

Les règles de la basmallah

En ce qui concerne le fait de réciter la basmala à voix haute, les avis divergent en fonction des quatre opinions qui viennent d’être énoncées.  

Ceux qui suivent le second et le quatrième avis ne jugent pas qu’il faille la réciter à voix haute. En effet, Malik était d’avis qu’on ne la récite pas du tout, s’appuyant sur le sens littéral du hadith suivant et des ahadiths similaires :

D’après ‘Aisha, le Messager d’Allah (paix sur lui) avait l’habitude de débuter sa prière en prononçant le takbir puis en récitant « Toutes les louanges appartiennent à Allah ». (Rapporté par Muslim)

Quant à ceux qui suivent le premier avis, ils se divisent en deux opinions :

  • Il faut la réciter à voix haute, car elle fait partie de la sourate Al-Fatiha et donc elle doit être récitée de la même manière qu’on récite le reste de la sourate.

C’est l’avis d’un groupe de Compagnons, de nombreux savants après eux et d’Al-Shafi’i.

D’après Ibn ‘Abbas :

« Le Messager d’Allah (paix sur lui) récitait « Au Nom d’Allah, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux » à voix haute. ». (Rapporté par Al-Hakim qui le juge authentique.)

Lorsqu’on a interrogé Anas ibn Malik à propos de la récitation du Messager d’Allah (paix sur lui), il a répondu :

« Sa récitation se prolongeait, puis il récitait « Au Nom d’Allah, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux », prolongeant bismillah, prolongeant Al-Rahman et prolongeant Al-Rahim. ». (Rapporté par Al-Boukhari.)

Umm Salamah rapporte :

« Le Messager d’Allah (paix sur lui) stoppait sa récitation à chaque verset [marquant une pause avant de passer au suivant. Il récitait], « Au Nom d’Allah, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux », [puis] « Toutes les louanges appartiennent à Allah, Seigneur des mondes », [puis], « Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux », [puis], « Maître du Jour de la Rétribution » ». (Rapporté par Abu Dawud. Authentifié par Al-Albani.)

  • Il ne faut pas la réciter à voix haute.

Cela est rapporté du Prophète (paix sur lui) par Al-Boukhari et Muslim. C’est l’opinion d’un bon nombre de Compagnons et cela a été établi sous les quatre Califes.

C’est également l’avis d’un groupe de savants après eux dont Abu Hanifah, Al-Thawri et Ahmad.

D’après ‘Aisha, le Messager d’Allah (paix sur lui) avait l’habitude de débuter sa prière en prononçant le takbir puis en récitant « Toutes les louanges appartiennent à Allah ». (Rapporté par Muslim)

Anas rapporte :

« J’ai prié derrière le Prophète (paix sur lui), Abu Bakr, ‘Umar, ‘Uthman et ‘Ali et ils débutaient tous la prière en récitant « Toutes les louanges appartiennent à Allah… » » (Rapporté par Al-Boukhari & Muslim)

Voilà donc un résumé les avis des savants concernant la récitation de la basmala. Tous ces avis sont proches les uns des autres, louanges à Allah, car ils se sont accordés sur le fait que les prières de celui qui récite à voix haute et de celui qui récite silencieusement sont valides. (Ibn Kathir).

Source : Tafsir Sourate Al-Fatiha – L’Exégèse de la Sourate « L’Ouverture »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.