La nature humaine

La nature humaine

Dans cet article, l’auteur Ibn Hazm nous parle de la nature humaine :

Le sage ne doit pas juger par les apparences lorsque le pleurnicheur implore la miséricorde, prétendant qu’il est opprimé, se plaint, se tord dans tous les sens et se lamente. Face à un homme qui se comporte de cette manière, je suis devenu certain qu’il est lui l’oppresseur ayant dépassé les limites et commis de graves abus.

Cet article est tiré de notre livre : Le Livre de la Vertu

De même, j’ai vu un homme supporter l’injustice, parler calmement sans se plaindre et n’afficher que peu d’inquiétude. À première vue, sans observer plus en profondeur, tu l’aurais pris pour l’oppresseur.

Dans des cas comme celui-ci, il est important d’établir les faits, de combattre avec fermeté nos tendances à prendre parti, de ne pas pencher vers ou contre de telles attitudes que nous venons de décrire, et de chercher à être impartial en toute situation, car la justice nous l’impose.

Une chose étonnante concernant la nature humaine est que l’insouciance est mauvaise alors qu’il est bon de savoir comment l’utiliser parfois. Cela ne peut s’expliquer que par le fait qu’un homme qui penche naturellement vers l’insouciance fait appel à elle dans les situations dans lesquelles il doit se montrer vigilant. Dans ce cas, il fait preuve d’inconscience sans aucun sens de la réalité. Son insouciance est soumise à l’ignorance, c’est la raison pour laquelle elle est mauvaise.

D’un autre côté, l’esprit vigilant de nature n’utilise l’insouciance que dans un bon objectif, lorsqu’il ne doit pas étudier ou plonger en profondeur dans un sujet. Ici, prétendre ignorer quelque chose signifie comprendre la réalité, refuser d’agir précipitamment, faire preuve de modération et empêcher le pire de se produire. Il est donc louable de savoir comment prétendre ne pas écouter et mauvais d’être naturellement inattentif.

La nature humaine

On pourrait dire la même chose concernant le fait d’admettre avoir peur ou de le cacher. Afficher clairement que l’on est troublé dès que l’on commence à rencontrer des difficultés est mauvais, car cela signifie que tu ne peux pas te contrôler et ta démonstration d’émotion ne sert aucun but utile. En effet, la Législation divine recommande ce qui va à l’encontre de cela. Cela t’empêche d’accomplir ce qui doit être accompli et de faire les ajustements nécessaires en vue des évènements que tu anticipes et qui pourraient être plus terribles que la situation présente qui a donné naissance à cette peur.

Donc, étant donné qu’il est mauvais de laisser ta peur apparaître, le contraire est bon : afficher de la patience, car cela signifie que tu contrôles ta personne. Tu t’es détourné des actes inutiles vers l’action profitable et utile, à la fois immédiatement et dans le futur.

Quant au fait de cacher ta patience, cela est également mauvais, puisque tu passerais pour un insensible, au cœur dur, manquant de miséricorde. Ces défauts ne se trouvent que chez les mauvaises personnes, de nature humaine vicieuse, cruelle et chez les âmes viles.

Tout cela étant hideux, l’opposé, qui consiste à cacher le fait que tu es troublé, est louable, car c’est une marque de compassion, de douceur, de charité et de pitié.

On peut donc affirmer que le juste milieu, pour un homme, consiste à avoir une âme sensible dans un corps impassible. C’est-à-dire que ni son visage ni son comportement ne doivent afficher de signe qu’il est perturbé.

Si seulement l’homme dont le jugement est faible connaissait les maux que ses mauvais calculs lui ont causés jusqu’à présent, il trouverait à l’avenir le succès en cessant de se fier à son jugement. Qu’Allah nous guide.

Source : Le Livre de la Vertu – Éditions MuslimLife 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.